L'illusion comique

par

La superposition des plans

Corneille est encore de plain-pied dans l’esthétiquebaroque, qui aime à créer des labyrinthes, des faux-semblants et des artifices.La magie – qui disparaîtra du théâtre classique – peut ici encore s’épanouir etAlcandre, personnage pivot, est celui qui va créer deux plans différents sur lamême scène de théâtre. Ces deux plans sont d’ailleurs présents simultanémentsur scène, Pridamant ayant un rôle de spectateur tout au long de la secondereprésentation.

         L’espacethéâtral est donc creusé en profondeur : il s’étend loin du spectateur,ouvre sur d’autres espaces, d’autres personnages, et semble n’avoir aucune fin.Les cachettes se multiplient dans l’intrigue, dans un parc où les buissonsoffrent de multiples lieux pour se dissimuler. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La superposition des plans >