Iphigénie

par

Le contexte historique de l’époque

Au XVIIème siècle, la légende d’Iphigénie était très populaire parmi les écrivains et les scénaristes. La peinture perdue de Timanthus - qui représentait la Grèce Antique - était l’une des œuvres d’art représentant le sacrifice d’Iphigénie les plus célèbres. L’impact esthétique d’une telle peinture était tellement remarquable que ce chef d’œuvre fut cité par l’Abbé d’Aubignac dans sa « Pratique du Théâtre » publiée en 1657. Il déclara qu’afin de vraiment comprendre le sacrifice d’Iphigénie, l’on doit se familiariser avec les différents niveaux de chagrin parmi tous ceux qui étaient présents : le chagrin des princes Grecs, l’affliction extrême de Ménélas, les larmes de désespoir de Clytemnestre, et en fin de compte Agamemnon, qui couvre sa face d’un voile pour éviter de révéler à ses généraux d’armée sa nature sensible. Dans la pièce, Arcas narre les émotions associées au sacrifice d’Iphigénie en disant :

« Le triste Agamemnon, qui n’ose l’avouer.

Pour détourner ses yeux du meurtre qu’il présage,

Ou pour cacher ses pleurs, s’est voilé le visage. »

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le contexte historique de l’époque >

Dissertation à propos de Iphigénie