L'Arrache-cœur

par

Le curé du village

« C’était un homme noueux avec un visage creusé de deux yeux noirs surmontés d’épais sourcils noirs. Il avait de longues mains sèches, qu’il tenait croisées en parlant. Lorsqu’il se déplaça, Jacquemort constata qu’il souffrait d’une légère claudication. »

À son physique peu avantageux, il faut ajouter une personnalité fort déplaisante et un manque de considération absolu pour l’office qui est le sien. En effet, le curé considère que la religion est une commodité de luxe qu’il est chargé de dispenser. La religion qu’il fait pratiquer aux villageois est une parodie de la vraie religion. Plus que la dévotion envers Dieu, c’est un culte de sa personne que le curé semble entretenir.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le curé du village >

Dissertation à propos de L'Arrache-cœur