L'Arrache-cœur

par

Troisième partie

Quatre ans plus tard, Clémentine a tenu parole : elle se plie à tous les désirs de ses enfants qui la manipulent en véritables despotes. Son dévouement se radicalise et son imagination lui inflige par ailleurs la vision de cascades de catastrophes, blessant ou tuant tour à tour Joël, Noël ou Citroën. Elle ne voit pas que ses enfants jouent dans le jardin, à la recherche de pierres magiques dont l'une fait voler, leur donnant une liberté dont elle les prive.

Jacquemort, lui, revient amèrement sur ces quatre années. Sans être « rempli », il s’est transformé simplement en un paysan, désormais insensible aux pratiques des villageois. En chemin pour aller voir La Gloïre, il rentre par hasard dans un « spectacle de luxe ». Organisé par le curé, on peut y assister à un combat de boxe entre lui et son sacristain, qu'il prétend possédé. Une tricherie du curé ayant mis fin à la lutte, la scène se voit devenir le théâtre d'une rixe générale, à laquelle prend part Jacquemort. Une fois chez La Gloïre, il lui propose de le psychanalyser, ce que cet homme étrange et haï accepte.

Deux ans plus tard, Jacquemort continue les séances avec La Gloïre. Clémentine sombre dans une folie paranoïaque et refuse toute aide extérieure pour éduquer ses enfants. Les trois enfants goûtent chaque jour à quelques minutes de liberté grâce à ces pierres qui les font voler. Mais ils commettent un impair : Joël absent, Citroën et Noël cachent son ours dans un arbre en grimpant sur un escabeau. Voyant cela, Clémentine panique à l'idée que ses enfants ont failli s'y rompre le...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Troisième partie >

Dissertation à propos de L'Arrache-cœur