L'Arrache-cœur

par

Première partie

Surgi de nulle part, le psychanalyste Jacquemort arrive dans une maison de campagne, où habitent Angel et Clémentine. Il reste chez eux après avoir aidé celle-ci à accoucher de trois enfants : Joël, Noël et Citroën. Jacquemort se retrouve alors entre ces deux êtres séparés par la naissance de leurs enfants. Clémentine hait désormais son mari, lui reprochant les souffrances de l’accouchement et la déformation de son corps. Elle est décrite comme un personnage étrange qui regarde les nourrissons avec méfiance et curiosité, entre haine et amour.

Établissant ses quartiers chez cette nouvelle famille, Jacquemort confie à Angel le véritable but de son voyage : il est venu dans ce lieu pour « se remplir ». Il se considère comme une véritable « coquille vide ». Par ailleurs il n'a ni désir ni peur, et cherche des patients à psychanalyser pour assimiler leur personnalité. Il est ainsi en quête d'un être qui lui dirait tout, qui s'ouvre entièrement à lui.

Pour ce faire, Jacquemort profite d'un voyage chez le menuisier, où il commande des berceaux, pour fureter dans les environs. Il croise ainsi la « foire aux vieux », où des vieillards sont vendus et humiliés sur la place publique. Il découvre les pratiques du menuisier qui maltraite son apprenti au point de laisser son cadavre gésir dans un coin. Il finit par rencontrer La Gloïre, un être étrange et abjecte qui vit reclus dans les bois où il digère la honte des habitants des environs.

Jacquemort fait ici le travail de père que néglige Angel : après être allé commander les lits des enfants, il s'occupe...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Première partie >

Dissertation à propos de L'Arrache-cœur