La bataille

par

Friedrich Staps

Personnage historique, patriote allemand dont le but était de débarrasser l'Europe d'un tyran, Staps est un adolescent de dix-sept ans. Il loge chez mademoiselle Krauss, ainsi que Beyle et Lejeune, quand celui-ci est à Vienne. Il demande à Beyle s'il lui sera possible de lui faire rencontrer Napoléon. Il s'en cache à peine : il veut tuer l’empereur. Repéré par Schulmeister, l'espion de celui-ci, il doit fuir la maison de mademoiselle Krauss. Après la bataille, quand l'empereur revient à Vienne, il sort des rangs de la foule, se présente aux gendarmes et demande à voir l'empereur, en toute simplicité. On trouve un couteau sur lui et il avoue facilement quel était son dessein. Amené devant l'empereur, il est interrogé par celui-ci, qui le fait examiner par son médecin, car il le croit fou. « – Inferno, vous alliez commettre un crime. – Vous tuer n'est pas un crime mais un bienfait. [...] – Si je vous fais grâce, allez-vous rentrer chez vous ? – J'essaierai de recommencer. » La condamnation à mort est inévitable : « Qu'on emmène ce crétin à face d'ange ! » ordonne Napoléon. Staps est donc fusillé.

Il apparaît comme une sorte d'archange fanatique, un vengeur justicier qui, selon l’angle d’où on l’observe, semble un assassin ou un héros patriote. Si l'aventure telle que la raconte Patrick Rambaud est authentique jusque dans les détails, elle ne se déroula pas immédiatement après la bataille mais en octobre de la même année. Le romancier bouscule donc un peu la chronologie afin de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Friedrich Staps >

Dissertation à propos de La bataille