La Double Inconstance

par

ACTE I

Scène 1

 

Le Prince, qui est tenu par une loi du royaume d’épouser une de ses sujettes, a fait enlever Silvia, une jeune paysanne dont il est épris. Mais cette dernière n’aime qu’Arlequin, petit paysan de son village à qui on l’a cruellement arrachée. Le palais dans lequel on la retient depuis deux jours est pour elle une prison.

Dans cette première scène, un officier du Palais nommée Trivelin parle en faveur du Prince. Il veut convaincre Silvia d’être raisonnable : en épousant son souverain, elle deviendrait la première dame du royaume, connaîtrait la fortune et les honneurs. Mais en vain : Silvia entend rester fidèle à Arlequin, et elle est au désespoir de ne pouvoir lui parler. Pour la calmer, Trivelin promet de le faire venir à la Cour.

 

Scènes 2 et 3

 

Dans la scène 2, Trivelin présente au Prince un compte-rendu négatif de son intervention auprès de Silvia : la jeune femme lui paraît trop éprise d’Arlequin pour consentir à l’épouser. Le mieux serait sans doute de renoncer. Mais Flaminia, fidèle servante du Prince, ne l’entend pas ainsi : elle promet de tout faire pour détruire habilement l’amour des villageois. Elle insiste pour qu’Arlequin soit amené au Palais, puis conseille au Prince – qui a déjà rencontré Silvia en se faisant passer pour un simple officier – de ne pas révéler sa véritable identité.

Dans la scène 3, Flaminia exhorte sa sœur Lisette, jeune coquette de la Cour, à séduire Arlequin. Pour parvenir à ses fins, cette dernière devra cependant se départir de sa coquetterie, renoncer à ses manières affectées, car Arlequin, villageois sans expérience, n’aime que les femmes modestes. La coquette y consent, de mauvaise grâce, dans le seul espoir de devenir grande dame.

 

Scènes 4 à 7

 

Arlequin, qui ignore où se trouve Silvia, vient d’être conduit contre sa volonté au Palais. Trivelin, chargé de l’accueillir, se met à son service et l’informe des intentions du Prince. La réaction du villageois est sans appel : que le souverain « fasse l’amour ailleurs » et renonce à son projet de mariage ! Le jeune homme se montre insensible aux propositions du domestique : il refuse d’épouser une autre fille et n’a que faire des richesses qu’on lui promet. Seul le plaisir de faire bonne chère serait en mesure de satisfaire sa gourmandise ; mais renonçant à la tentation, Arlequin affirme son désir de retrouver Silvia.

Lisette survient dans la scène 5 pour informer Trivelin que le Prince le demande. Au cours de la scène 6, la coquette entreprend de séduire Arlequin. Les compliments qu’elle lui adresse éveillent cependant la méfiance et la mauvaise humeur du jeune homme qui fustige sa coquetterie. Il fait l’éloge des qualités de Silvia avant d’éconduire sans ménagement celle qui ne lui ressemble en rien. Survient alors Trivelin à la scène 7 auquel Arlequin résume brièvement la situation.

 

Scènes 8 à 13

 

Comme Lisette est bien fâchée de ne pas avoir plu à Arlequin, Flaminia se propose d’essayer afin que le prince puisse faire sienne Silvia. D’ailleurs, elle pourrait avoir du succès car Arlequin commence déjà à prendre goût aux honneurs qu’on lui fait, même s’il déclare encore à Trivelin : « ceux qui me verront tout seul me prendront tout d’un coup pour un honnête homme, j’aime autant cela que d’être pris pour un grand seigneur »,un peu avant que ne lui apparaisse sa bien-aimée.

Dans les scènes 9 et 10, Arlequin manifeste son étonnement de voir des laquais le suivre dans tous ses déplacements : selon Trivelin, ce sont là des témoignages de la bienveillance du Prince. Le villageois s’en irrite et les chasse à coups de bâton.

La venue de Silvia (scène 11) apaise sa colère. Au désespoir de chacun succède la joie des retrouvailles et l’expression des sentiments les plus tendres. Flaminia, qui assiste à la scène, se dit touchée par le bonheur des amants et se veut leur amie. Avant de se retirer, elle évoque avec tristesse un amour qu’elle a jadis vécu avec un homme qui ressemblait à Arlequin, et qui est mort. Dans la scène 12, les jeunes gens restés seuls laissent libre cours à leurs sentiments et se jurent un amour éternel. Le tête-à-tête des amants est interrompu par Trivelin qui annonce à Silvia l’arrivée de sa mère (scène 13). Flaminia en profite pour exprimer l’amitié que lui inspire Arlequin qu’elle convainc de prendre part au dîner que lui offre le Prince. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur ACTE I >