La Double Inconstance

par

Dichotomie entre deux mondes

La pièce de théâtre La Double Inconstance nous présente deux mondes diamétralement opposés : le monde royal et le monde paysan. En effet, l’époque voulait que riches et ceux qu’on appellera prolétaires n’étaient pas destinés à se mélanger, mais le fait que le Roi lui-même, en âge de se marier, choisisse son épouse parmi les paysannes – et ceci malgré la surabondance de femmes enviables à la Cour – pousse à réévaluer ce contexte de hiérarchisation très marquée entre les classes. Et c’est ce paradoxe, constitutif d’une sorte de suspense, qui maintient l’attention du lecteur, désireux de savoir comment la pièce se terminera : Silvia acceptera-t-elle d’épouser le Prince ? Arlequin cèdera-t-il à la corruption et préfèrera-t-il l’amour des richesses à l’amour véritable ?

Marivaux fait une description délicate de ces deux mondes. D’une part, il présente le monde paysan représenté par Silvia et Arlequin, et d’autre part le monde des privilégiés représenté par tous les autres personnages. De leur style de vie à leur manière de penser, Marivaux fait tout ressortir. Dans la vie des privilégiés par exemple, l’argent est au centre de tout, placé avant l’amour. L’enthousiasme de Trivelin qui essaie d’« acheter » l’amour de Silvia à Arlequin l’illustre bien. Similairement, Arlequin se sent insulté par ce manque de respect, et rétorque : « Vous êtes un grand nigaud, mon ami, de faire entrer Silvia en comparaison avec des...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Dichotomie entre deux mondes >

Dissertation à propos de La Double Inconstance