La Farce de Maître Pathelin

par

Guillaume Joceaulme

Le drapier apparaît comme une figure proche de celle de Pathelin : il est d’un orgueil aveuglant, il est bien conscient des moyens de tromper que lui offre sa profession, que ce soit en tant que propriétaire de bétail avare de salaire ou en tant que drapier véreux, et il est d’une avidité certaine qui le pousser à constamment user de rouerie : « Le Drapier, resté seul : Ce trompeur-là est bien nigaud puisque, pour vingt-quatre sous l'aune, il a pris du drap qui n'en vaut pas vingt. » Pourtant, et sans doute en raison de cette ressemblance, il est la figure principale d'opposition à Pathelin. En effet, malgré leurs vices communs, il manque à Guillaume la finesse dont Pathelin fait preuve pour le duper à deux reprises. Hébété par son avidité, il va jusqu'à se laisser persuader d’être fou, et incapable de rivaliser avec l'agilité discursive de Pathelin au tribunal, il bafouille des explications qui le discréditent plus qu’autre chose. On peut alors distinguer chez lui un talent de tromperie circonscrit à la sphère commerciale faite de marges malhonnêtes, et la fourberie plus naturelle, omniprésente et omnipuissante de Maître Pathelin.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Guillaume Joceaulme >

Dissertation à propos de La Farce de Maître Pathelin