La Farce de Maître Pathelin

par

Guillemette

Épouse maligne et complice de Pathelin, Guillemette semble être le seul personnage sur lequel les stratagèmes de Pathelin n'ont pas d'effet. Elle-même maîtresse dans l'art dramatique, ce qui sert efficacement les escroqueries de son mari, elle le connaît, lui et ses ruses, mieux que personne. Elle a par conséquent développé une grande méfiance. Seul personnage féminin, elle offre le contraste, et elle est la seule à échapper à la règle qui préside à la pièce : « À trompeur, trompeur et demi. »

Elle apparaît par ailleurs très ancrée dans le concret : « Guillemette : Qu'y gagnons-nous ? Des clous. Nous mourrons carrément de faim. » Extérieure à toutes les manipulations, elle offre la possibilité d’un regard ironique sur les fourberies dont elle est témoin, et sur la naïveté des « pigeons ». Loin d'être un exemple moral, son personnage apporte un point de vue plus élevé, plus distancié sur la situation, premier pas vers une remise en question du système mis en place par les trompeurs : « Guillemette : Ma foi, se retiendra qui voudra, moi, j'en suis incapable. Elle continue à rire. »

Inscrivez-vous pour continuer à lire Guillemette >

Dissertation à propos de La Farce de Maître Pathelin