La Farce de Maître Pathelin

par

Une pièce ancrée dans la littérature médiévale...

Un intérêt de La Farce de Maître Pathelin réside dans sa cohérence avec l’ère littéraire médiévale. On devine les figures littéraires dont sont inspirés les personnages : le personnage de Maître Pathelin se construit dans la continuité du personnage du goupil Renart qu’on appelle également maître Renart, « maître des ruses », roi des belles paroles, personnage central du Roman de Renart, œuvre parmi les plus importantes du Moyen Âge avec Le Roman de la Rose. On peut d’ailleurs faire un lien entre Le Roman de Renart et les Fables d’Ésope, reprises par Phèdre dans l’Antiquité, auxquelles Guillemette fait référence quand elle cite « Le Corbeau et le Renard », que la combine de Pathelin lui rappelle. Ces deux œuvres ont d’ailleurs à voir avec le genre de la fable, comme La Farce de Maître Pathelin, si l’on considère la fable comme Phèdre la décrivait : « Le mérite de la fable est double, elle suscite le rire et donne une leçon de prudence. » Et l’on retrouve bien ces caractéristiques dans la pièce, et dans des farces contemporaines comme La Farce du cuvier, La Farce du pâté et de la tarte,ou La Farce des deux savetiers.

Tout comme ces œuvres, La Farce de Maître Pathelin repose sur les procédés typiques de ce genre théâtral. En effet le comique de la pièce repose en grande partie sur un comique de situation, notable au moment du retournement de situation final bien sûr, mais surtout dans les postures ridicules dans lesquelles se retrouvent les personnages victimes des tromperies, notamment le drapier lors du procès. On note également la présence d’un comique de gestes quand Pathelin feint la folie pour duper Guillaume.

Derrière les personnages de Pathelin et Guillaume, on peut retrouver le duo burlesque formé par Panurge et Dindenault dans Le Quart Livre de Rabelais, tout comme on peut faire le parallèle entre les délires scatologiques de Pathelin – « Pathelin : Ah ! Si vous pouviez ramollir ma merde, maitre Jean ! Elle est tellement dure que je ne sais comment je résiste quand elle me sort du fondement » – et les récits triviaux qu’on retrouve dans Pantagruel et Gargantua.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une pièce ancrée dans la littérature médiévale... >