La reine Margot

par

La Mole et Coconnas

Ces deux jeunes gens apportent une certaine humanité à l’histoire, n’étant pas des grands de ce monde ni de l’Histoire. Ils n’occupent pas une place centrale dans la trame principale avant la fin, mais ils l’étoffent. Ils ne pensent pas profondément aux événements auxquels ils sont associés, mais s’appuient sur leurs expériences personnelles pour décider de leurs actions. En somme ils sont en petit des équivalents des Trois Mousquetaires, sauf qu’ils n’ont pas des rôles principaux. On reconnaîtra d’ailleurs aisément en Coconnas un cousin de Porthos.

La Mole et Coconnas, différents, forment deux visages de la jeunesse galante et batailleuse de l’époque. Grande gueule, avide de jurons, soupe au lait, dans le fond pas bien méchant, Coconnas est un homme au grand cœur qui se calme aussi vite qu’il se fâche ; il est enclin à d’invraisemblables revirements de sentiments. Bien qu’il aime Henriette et soit aimé d’elle, il ne se laisse pas impressionner par son haut rang, et leurs amours demeurent au niveau charnel. Il ne s’engage guère dans la politique, étant mené plutôt par ses sentiments qu’autre chose. Ainsi on peut faire de lui un participant volontaire du massacre de la St-Barthélemy qui deviendra un traître à la couronne un peu malgré lui. Pas plus qu’il n’est impressionné par le statut d’Henriette, il n’est pas dérangé par les normes ; comme il ne lui coûtera rien de serrer la main du bourreau, il le fait, ce qui lui vaudrait de mourir sans avoir été torturé. Malgré ses revirements, il demeure fidèle à lui-même et à sa...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La Mole et Coconnas >

Dissertation à propos de La reine Margot