La reine Margot

par

Résumé

La Reine Margot, d’Alexandre Dumas père (1802-1870), est le premierroman d’une trilogie autour des guerres de religion dite des Valois ; s’ensuivrontLa Dame de Monsoreau et Les Quarante-cinq. Ce premier volumeraconte, sur fond de guerres de religion, les intrigues politiques etfamiliales qui prennent place autour de Catherine de Médicis, menant à unépisode particulièrement sanglant de l’affrontement entre catholiques et protestants :le massacre de la Saint-Barthélemy. L’action se déroule entre le mariage deMarguerite de Valois (fille de Catherine de Médicis et sœur du roi Charles IX) avecHenri de Bourbon, qui a lieu quelques jours avant le massacre de laSaint-Barthélemy (24 août 1572), et la mort de Charles IX (30 mars 1574).

 

En 1572 c’est sur une France déchirée par une guerre dereligion qui oppose catholiques et protestants que règne le jeune Charles IX,mais le véritable pouvoir politique reste officieusement entre les mains de samère, Catherine de Médicis. Celle-ci, nourrissant l’espoir de mettre un terme àla guerre entre catholiques et protestants, décide d’unir sa fille Margueritede Valois, surnommée Margot, au prince protestant Henri de Bourbon, roi deNavarre. Ce dernier, favorable lui aussi à la paix, accepte l’union, et se renddonc à Paris pour les noces, accompagné de l’amiral de Coligny et de tous lesgrands chefs huguenots (des protestants français).

Et c’est sur ce mariage que débute le roman : « Lelundi, dix-huitième jour du mois d’août 1572, il y avait grande fête au Louvre.Les fenêtres de la vieille demeure royale, ordinairement si sombres, étaientardemment éclairée ; les places et les rues attenantes, habituellement sisolitaires, dès que neuf heures sonnaient à Saint-Germain-l’Auxerrois, étaient,quoiqu’il fût minuit, encombrées de populaire. »

Mais contre toute attente, cette union, destinée àréconcilier deux France, devient l’occasion d’un sinistre complot visant àdécapiter le parti protestant en éliminant d’un coup tous ses grands chefs.Intrigues, alliances et complots se mêlent alors, visant le roi, dont lesfrères briguent la couronne, mais aussi les protestants dont on se méfie. C’estsoutenu par son épouse Margot, qui a l’ambition de le voir accéder au trône,qu’Henri de Navarre tente de survivre en terrain hostile.

Les incessantes luttes de pouvoir et l’antagonismereligieux culminent dans l’horreur à la Saint-Barthélemy, lors du massacre des huguenots.La décision en est imposée au jeune roi par sa mère qui craint des mesures dereprésailles après l’attentat manqué contre l’amiral de Coligny, un chef huguenot,savamment orchestré par les Guise. Dans le désordre et l’agitation de ces tragiquesévénements, Margot prend la défense de son nouvel époux protestant, mais elleest aussi amenée à protéger Joseph Boniface de La Môle, un gentilhommeprotestant pourchassé qui s’est réfugié dans sa chambre le soir du massacre.Margot s’éprend passionnément de lui mais leur relation est de courte durée :La Môle est accusé à tort d’avoir empoisonné le roi Charles IX (qui souffrealors d’un mal mystérieux) ; il est torturé puis exécuté, et Margot n’ad’autre consolation que d’emporter sa tête embaumée dans sa fuite hors de lacapitale.

En cette période tourmentée, Henri de Navarre entretientlui aussi une relation adultère avec Charlotte de Sauve, une femme très belle,également dame de compagnie de Catherine de Médicis, mais leur relation connaîtde nombreux orages ; Charlotte est une femme aux multiples amants et Henriun homme guidé par ses propres intérêts.

Henri devient l’ami et le protégé du roi qu’il a sauvé dela charge d’un sanglier pendant une chasse à courre. Mais très vite Charles IX,empoisonné par erreur à sa place par Catherine de Médicis, se met à dépérir.Henri ne peut plus bénéficier de sa protection et Charles IX agonisant n’a mêmepas le temps de le nommer régent selon son vœu. Catherine de Médicis reprend alorsles rênes du royaume.

L’étau se resserre donc davantage encore autour d’Henride Navarre, qui se trouve non seulement privé de la protection de la couronne,mais de plus en plus menacé par la nouvelle régente qui se refuse à voir unBourbon accéder au trône. Son parfumeur, empoisonneur et astrologue René leFlorentin lui ayant prédit la montée prochaine d’Henri sur le trône audétriment de ses enfants, Catherine est décidée à tout mettre en œuvre pourfaire mentir les astres.

Sans protecteur et sur le point d’être assassiné, Henriest finalement sauvé in extremis parRené le Florentin qui lui révèle un passage secret par lequel il peut fuir etéchapper au complot. Mais ce n’est qu’un répit, car un an plus tard, alorsqu’il se rend secrètement à Paris pour rendre visite à sa maîtresse Charlottede Sauve, il tombe de nouveau dans un piège orchestré par Catherine de Médicis.S’il s’en sort indemne, ce n’est hélas pas le cas de sa maîtresse qui,poignardée à mort par son époux jaloux, expire dans les bras du roi de Navarre.

C’est une fois encore menacé et avec un sentiment dedéfaite qu’Henri de Navarre se voit contraint de fuir Paris ; mais cesentiment est aussitôt tempéré par l’astrologue René le Florentin qui, luimontrant un ciel favorable, prédit le prochain accomplissement de sa destinéeroyale :

« Et tu dis que je serai roi, René ! un fugitif !

– Regardez, Sire, dit le Florentin en montrant au roi uneétoile qui se dégageait, brillante, des plis d’un nuage noir, ce n’est pas moiqui le dis, c’est elle.

Henri poussa un soupir et disparut dansl’obscurité. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >