Le bal

par

La vengeance comme une affirmation

La vengeance d’Antoinette n’émerge ni d’une longueréflexion, ni d’un plan machiavélique, mais de l’évidence d’une situation quiapparaît comme une opportunité. Antoinette provoque, en jetant les invitationsdans la Seine, l’humiliation et le désarroi de sa mère. Sans scrupule, la petitefille s’y adonne sans retenue, redoublant d’hypocrisie puisqu’elle console samère après son échec. En frappant là où elle sait qu’elle blessera cruellement,Antoinette punit sa mère et devient aux yeux des lecteurs une jeune fille « accomplie ».

Car cette vengeance tient lieu également de riteinitiatique. En effet, Antoinette est au départ une petite fille inaccomplie,sujette à de nombreuses crises de colère et qui bien souvent se réfugie dans unmonde imaginaire, celui du bal par exemple : « Unbal… Mon dieu, mon dieu, ce serait possible qu’il y eût là, à deux pasd’elle, cette chose splendide qu’elle se représentait vaguement comme unmélange confus de folle musique, de parfums enivrants, de toiletteséclatantes… ». Or,lorsque ses rêves s’envolent à cause de la cupidité et du manque d’amour d’unemère, Antoinette voit la bulle de son enfance éclater et sa colère s’exprimerau moyen de la vengeance. Plusieurs évènements amèneront à cet éclat de colèrerévélateur, dont l’intensité monte crescendo jusqu’à provoquer la vengeanced’Antoinette, par exemple lorsqu’elle découvre la relation qu’entretient MissBetty avec un homme. Elle plaçait dans l’évènement du le bal toutes sesespérances, dont celle peut-être de trouver un prétendant. Elle nourrit uneimage de conte de fées du prince idéal, celle d’un homme de bonne famille quiviendrait de lui-même la déloger de la chambre dans laquelle elle seraitrecluse : « Oh ! mon Dieu, danser une fois, une seulefois, avec une jolie robe, comme une vraie jeune fille, serrée dans des brasd’homme… ». Ainsi, elle découvre petit àpetit la vie adulte, et cette découverte mène à une explosion de colère, à uncri de rancœur poussé contre l’injustice, contre la position de faiblesse danslaquelle elle est maintenue par son entourage, révolte qui la fait finalementgrandir puisqu’elle pourra enfin ouvrir le dialogue avec sa mère. Violente, lavengeance se fait donc également libératrice, purificatrice et initiatique.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La vengeance comme une affirmation >