Le bal

par

Une adolescente seule

Bienqu’entourée de deux parents et d’une nourrice, la solitude d’Antoinette esttrès apparente : « Jevoudrais mourir, mon Dieu faites que je meure… mon Dieu, ma bonne SainteVierge, pourquoi m’avez-vous fait naître parmi eux ? Punissez-les, je vous ensupplie… Punissez-les une fois, et puis, je veux bien mourir… ». Elle n’a que quatorze ans mais sembledéjà vivre dans un monde ligué contre elle. Le lecteur est confronté à laréelle souffrance d’Antoinette qui ne peut révéler le fond de ses sentiments. Laplume de l’auteure nous montre l’engrenage subtil qui achemine tout doucementla jeune fille vers le point culminant de sa rancœur : l’espoir,l’effondrement des rêves, l’injustice, l’incompréhension, la haine, le désir devengeance. Cette haine, qui bouillonne en elle tout au long de l’œuvre sousdifférentes formes, s’apaise une fois le bal échoué, lors de l’effondrement desa mère face à elle.

Lasolitude d’Antoinette est aisément palpable, car tout s’effondre autour d’elleau fur et à mesure, rêves et personnes sur qui compter, sa gouvernante Bettypar exemple. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une adolescente seule >