Le chant du monde

par

Résumé

Le Chant du monde est une œuvre du romancier français Jean Giono écrite en 1933 et parue premièrement dans La Revue de Paris avant d’être publiée à part en 1934.

Antonio est le fleuve. Il vit au bord du large bras d'eau froide et riche, seul. Tous les matins, il baigne son corps musclé et noueux comme un arbre fort dans le courant charnel qui caresse sa peau et ses cicatrices, cicatrices faites par les hommes. Antonio est le fleuve, jusqu'à avoir adopté son parfum d'eau douce et de poisson vivant. Un soir d'automne, il reçoit la visite de son ami Matelot, ainsi nommé car il a été marin autrefois, pendant dix années, avant de toucher terre, d'épouser Junie et de devenir bûcheron. Junie et Matelot ont eu deux fils, deux « bessons » – c'est-à-dire des jumeaux. L'un est mort dans un accident et le deuxième vient de disparaître. Parti couper des arbres au loin et devant en ramener les troncs en les faisant flotter sur le fleuve, le garçon aux cheveux rouges n’a point reparu. C'est pour cela que Matelot rend visite à Antonio. Il a besoin de son ami pour l'aller chercher. À eux deux, l'homme fleuve et le vieil homme forêt vont explorer les rives pouce par pouce, et remonter le cours de l'eau, jusqu'en pays Rebeillard, où les hommes sont rudes et élèvent des taureaux.

Les deux hommes se montrent...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le chant du monde