Le Diable et le Bon Dieu

par

Acte II

Quatrième tableau. Un certain Karl annonce que Goetz, qui joue désormais le jeu de la gentillesse – jeu qui déplaît d'ailleurs au peuple –, veut donner les terres de Heidenstamm aux paysans. Nasty essaie de convaincre Goetz de ne pas le faire, car l'offrande va entraîner, en montrant au peuple qu’il est envisageable de revendiquer la propriété, la révolte des paysans contre les barons propriétaires, lesquels refuseront de céder. La révolte, mal préparée, à coup sûr échouera. Goetz s'en fiche. Nasty lui dit qu'il n'hésitera pas à le tuer s'il devient trop gênant.

            Cinquième tableau. Devant le portail d'une église de village. Goetz, suivi de Nasty, va vérifier que son don a été bénéfique aux paysans, mais il se rend compte qu’il n'a pas changé grand-chose à leur vie. Heinrich annonce à Goetz que Catherine est à l'agonie. Elle meurt de désespoir, car elle aime toujours Goetz bien qu’il l’ait abandonnée. Heinrich dit à Nasty qu'il peut empêcher la révolte : il peut faire en sorte que tous les clercs se rejoignent en un seul lieu, reclus, en leur faisant peur, de sorte que les paysans refuseront de prendre le risque de mourir, leurs prêtres n’étant plus...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Acte II >

Dissertation à propos de Le Diable et le Bon Dieu