Le Monde comme Volonté et comme Représentation

par

Résumé

Schopenhauer,dans Le Monde comme Volonté et commeReprésentation, vise à dégager un système, une pensée philosophique àappliquer pour expliquer le monde dans son entier ; il s’agirait donc d’unsystème organique qui permettrait de tout comprendre.

Schopenhauerne reprend pas beaucoup les travaux des philosophes antérieurs, si ce n’est ceuxde Kant, dont il essaie de vérifier certaines affirmations et dont il ordonne salecture et sa connaissance sans faille de l’œuvre. Il estime qu’il faut avoirlu la Critique de la raison pure pourbien comprendre Le Monde comme Volonté.Il estime d’ailleurs avoir suffisamment étudié les travaux de Kant pour avoirété « amené à y découvrir des erreurs considérables, qu[‘il] devai[t]isoler, accuser pour en purifier sa doctrine » ; il y apporte donccomme une correction.

Leprérequis que Schopenhauer exige de son lecteur est simple : il luiordonne de lire une introduction rédigée quelques années avant, son essaiintitulé Sur la vision et sur lescouleurs, pour avoir une double lecture de son œuvre, et pouvoir lire et intégrerle système qu’il propose. Cette lecture lui donne ainsi la capacitéd’appréhender le monde grâce et à travers ce système unique qui doit servird’instrument de représentation et de réflexion.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >