Le Monde comme Volonté et comme Représentation

par

Un système unique fondé sur quatre piliers

Le système unique de Schopenhauer se fonde sur quatre piliers. Ces quatre piliers, divisant son ouvrage en quatre parties, traitent chacun d’un domaine particulier, rassemblant la plupart des grands thèmes de philosophie.

Ces quatre thèmes sont intitulés :

·               L’épistémologie (où il étudie l’objet de l’expérience et de la science) : tous les objets que l’on peut percevoir respectent quatre conditions : la forme physique, la forme mathématique, la forme logique et la forme morale. Il en ressort quatre principes qui sont : le principe du devenir, le principe de l’être, le principe de la connaissance et enfin le principe de l’action. Ces principes rassemblent la représentation et l’expérience de chacun, puis la représentation et les concepts plus abstraits, les intuitions a priori tant dans l’espace que dans le temps, et enfin les actes qui composent la volonté : cela permet d’englober tous les phénomènes et de donner une raison d’être à toutes les choses qui existent.

·               La métaphysique et l’ontologie (la représentation du monde et la manière de rendre plus objective la volonté de chacun, volonté jusque-là subjective) : Schopenhauer suit sa thèse en distinguant deux types d’idées : les idées primaires : intuitions, perception, gérées par l’entendement, puis les idées plus abstraites qui elles sont générées par la raison et font suite à la réflexion. Toutes ces idées peuvent faire l’objet d’expérience, et de représentation. La raison permet à l’homme de penser et comparer des concepts abstraits : l’idée principale est que l’expérience est une condition sine qua none de la connaissance, fondement de la raison a posteriori.

·               L’esthétique (l’art comme représentation qui se défait de toute considération rationnelle, représenter le monde avec la beauté et l’esprit) : Schopenhauer explique que chaque chose que l’on perçoit, que ce soit un objet, d’art ou non, représente une expression de la volonté. Le bref instant où l’on perçoit l’objet, uniquement en tant qu’objet, l’homme est « le pur sujet de la volonté moins le savoir ». Chaque création est esthétique, que ce soit de l’art ou non, et elle est le fruit de la volonté. L’art est ainsi indépendant de la raison, et incarne la production par la perception du monde, quand le domaine scientifique est lié à la raison.

·               L’éthique (la morale doit permettre à l’homme de mieux se connaître lui-même, la volonté de vivre, ainsi que la non-volonté de vivre) : Schopenhauer y décrit la satisfaction d’un désir comme quelque chose de négatif. Même le bonheur est négatif, puisque sa satisfaction n’est jamais durable. Il prône l’ascétisme et indique que la volonté satisfait ses propres besoins. « Seules la douleur et la privation peuvent produire une impression positive et par là se dénoncer d’elles-mêmes : le bien-être, au contraire, n’est que pure négation. Aussi, n’apprécions-nous pas les trois plus grands biens de la vie : la santé, la jeunesse et la liberté, tant que nous les possédons ; pour en comprendre la valeur, il faut que nous les ayons perdus, car ils sont aussi négatifs. Que notre vie était heureuse, c’est ce dont nous ne nous apercevons qu’au moment où ces jours heureux ont fait place à des jours malheureux. Autant les jouissances augmentent, autant diminue l’aptitude à les goûter : le plaisir devenu habitude n’est plus éprouvé comme tel. Mais par là même grandit la faculté de ressentir la souffrance ; car la disparition d’un plaisir habituel cause une impression douloureuse. »

Ces quatre thèmes sont primordiaux pour l’auteur car ils permettent de vérifier et d’appliquer son système, fondé sur ces quatre piliers, quatre piliers interdépendants, l’un permettant l’étude et la compréhension de l’autre.

Schopenhauer présente ces quatre domaines comme indissociables afin d’englober l’ensemble des préoccupations du philosophe. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un système unique fondé sur quatre piliers >