Le parfum

par

Première partie

Le 17 juillet 1738 naît à Paris Jean-Baptiste Grenouille derrière l'étal de poissons que tient sa mère. C'est le cinquième qu'elle met au monde et elle pense qu'il sera balayé le soir comme les autres et finira au fleuve ou au cimetière. Cependant, l'enfant ne meurt pas et se met à crier. Il est découvert et sa mère est décapitée pour infanticide. Jean-Baptiste est alors placé en nourrice, mais personne ne veut de lui : l’enfant se montre trop gourmand. Il est confié à une institution religieuse qui le baptise, puis Jean-Baptiste se retrouve chez une nourrice nommée Jeanne Bussie. Quelques semaines plus tard, Jeanne rapporte l'enfant au cloître Saint-Merri, prétextant qu'il l'a vidée et amaigrie en la tétant beaucoup. Le père Terrier lui propose plus d'argent pour nourrir l'enfant, mais celle-ci refuse, elle le compare à un démon : « Je ne reprendrai pas ça chez moi ». Terrier se saisit du panier contenant Jean-Baptiste et regagne son bureau.

Ne croyant pas les superstitions et les inquiétudes de Jeanne Bussie, Terrier caresse doucement l'enfant et balance le panier sur ses genoux. Par curiosité, il sent son doigt qui ne porte que l'odeur de son repas du midi. À l'abri des regards, il renifle l'enfant sans y trouver une seule odeur, mais ne s'en trouble pas. Jean-Baptiste se réveille et se met à renifler Père Terrier, ce qui le met mal à l'aise et le dégoûte. Il se sent sale. Effrayé par le comportement de l'enfant, il décide de s'en débarrasser à son tour...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Première partie >

Dissertation à propos de Le parfum