Le Pianiste

par

Wladyslaw Szpilman

Wladyslaw Szpilman : instrumentiste virtuose, compositeur, intellectuel raffiné, juif, tout l'oppose à la barbarie nazie. Il est l'incarnation de ce que les nouveaux maîtres de l'Europe en ces années de guerre ont voulu détruire, et il a survécu. Sa grande sensibilité lui fait ressentir la situation avec une intensité intolérable, ce qui le pousse au bord de la dépression. C'est la musique qui le sort de sa mélancolie : « Mon travail ne me donnait guère le loisir de broyer du noir ». La musique, c'est sa sphère protégée, son havre que les barbares ne peuvent atteindre. Ainsi, alors que les armées allemandes écrasent tout en Europe, lui, sa famille et ses amis parviennent à s'abstraire de la terrible réalité : « Je me suis installé au piano, entouré par des connaisseurs [...]. Le violoniste est venu se placer à ma droite. À ma gauche s'est assise une charmante jeune fille [...] qui se disposait à tourner les pages de la partition pour moi. Qu'aurais-je pu souhaiter de plus pour atteindre au parfait bonheur à ce moment ? » Mais quand la réalité fracasse cette fragile sphère, il est dévasté par la mélancolie. « Le désespoir sans fond dans lequel j'avais sombré », écrit-il, le plonge dans un état qui ressemble fort à une dépression. En ces temps où les gens survivent en faisant du marché noir, en volant, il fait la seule chose qu'il sache faire : il joue du piano et donne des concerts. Jusqu'au jour où la barbarie prend le dessus et où il échappe d'un cheveu à la déportation : « Quelqu'un m'a attrapé par le collet et m'a tiré sans ménagement de l'autre côté du...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Wladyslaw Szpilman >

Dissertation à propos de Le Pianiste