Le sanglot de la terre

par

La mort

Un homme qui croit à la mort et croit à elle sous l’impact de la révélation, il devrait bien se mettre à terre pour pleurer de désespoir. Mais un poème réussi ne constitue pas une expression d’expérience sans distorsion, c’est-à-dire, ce n’est pas une expression de la vie. Il fuit la réalité qu’il n’arrive plus à supporter et préfère la mort et le néant en totale dérision des valeurs religieuses. En tant que poète de la modernité, il délivre un message personnel qui reste désuet mais philosophique. Il va encore plus loin dans le fatalisme et refuse toute issue après la mort comme le vers ‘quant à l’autre, sornettes’ dans le poème Cigarette le démontre. L’attitude du poète est provocatrice ; il devient cynique et tourne en dérision les valeurs humaines.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La mort >

Dissertation à propos de Le sanglot de la terre