Lélia

par

Entre Eglise et sujets tabous

Dans « Lélia », George Sand s’exprime ouvertement sur la liberté sexuelle, qu’elle soit épanouie ou, au contraire, refoulée. Le fait qu’il s’agisse, à l’époque, d’un sujet tabou n’empêche pas la romancière de répandre le thème de la religion dans son récit. En effet, le champ lexical de l’Eglise et du christianisme est omniprésent. Dès le début, on parle d’ « ange », de « démon » et de « créature humaine ». Mais, l’image la plus surprenante renvoyant à la religion chrétienne est bien celle du désert : lieu de retrait spirituel pour Lélia. Le désert est bien un lieu biblique où les prophètes et les apôtres se retiraient pour se rapprocher de la face divine. Le retrait dans un endroit aussi sacré que le désert pour y réfléchir sur les problèmes d’ordre sexuel paraît contradictoire.

Ce que nous comprenons, nous en tant que lecteurs du XXIème sicle, c’est que, malgré l’immense volonté de liberté d’expression et d’élévation de la part des femmes, l’Eglise est toujours aussi imposante et importante à l’époque de George Sand. Grâce aux femmes courageuses comme George Sand qui désirent voir leurs prouesses sur le plan littéraire mais aussi historique se réaliser, la difficile transition entre conformisme et anti conformisme a commencé à se dessiner et a bien évolué depuis le temps. Cette révolution a bien marqué les esprits littéraires mais aussi la société du XIXème siècle. Dès les premières lignes du roman, l’Eglise est remise en question lorsque Sténio...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Entre Eglise et sujets tabous >

Dissertation à propos de Lélia