Les identités meurtrières

par

La métaphore de la panthère

Ilressort essentiellement de tout ce qui précède que l’identité est une notiontrop complexe pour qu’on trouve aux problèmes qui l’entourent des solutions simplistes.L’auteur cependant va plus loin en comparant le désir d’identité à unepanthère. C’est dire la menace que constitue ce désir en tant que réalitésociale. Il faut voir également dans cette métaphore la couleur « prédatoire »du comparé. Le désir d’identité serait donc un fauve aux ardeurs mortelles etqui fait des victimes. Cependant, l’essayiste ne s’arrête pas à cettemétaphorisation ; il dépasse l’observation et parle de la nécessité d’« apprivoiser la panthère ». Àcette nécessité il oppose la réalité d’une dérive identité meurtrière et lamenace d’un futur funeste. La volonté avortée de l’auteur d’ajouter commesecond titre à l’œuvre la métaphore filée « Apprivoiserla panthère » illustre bien l’importance d’une telle expression, afortiori dans la mesure où elle constitue la solution proposée. « Apprivoiser la panthère »,pour signifier que le désir d’identité, à l’image de la panthère, ne doit êtretraité ni avec légèreté ni avec brusquerie. De plus, il faut voir dans cettemétaphorisation le souci de l’essayiste de montrer la subtilité du désird’identité.

Plus loin l’auteur expose les moyens :« la “panthère” pourrait être tenueen laisse ». Mais il avertit que ses moyens ne sauraient être dessolutions applicables de façon systématique et globale. Il rappelle à cet effetles cas du Liban et des États-Unis où l’on a pris garde d’employer « une formule » afin de réglerles problèmes identitaires qui y ont cours. Il en profite d’ailleurs pourmontrer la limite de ces solutions qui loin de régler complètement lesproblèmes en créent d’autres. Pour l’exemple libanais, il montre notamment lacouleur discriminatoire qu’a empruntée la formule appliquée pour résoudre le problèmedu désir de toutes les communautés libanaises d’exprimer sereinement leuridentité. Au-delà de l’exemple, le cas libanais illustre parfaitement à unniveau plus général l’une des dérives observables lorsque la panthère est mal apprivoisée :« on voulait faciliter l’intégrationd’une communauté minoritaire et l’on découvre, vingt ans après, qu’on l’aconfinée dans un ghetto dont elle ne parvient plus à sortir ; et qu’aulieu d’assainir le climat entre les différents groupes de citoyens, on a mis enplace un système de surenchères, de récriminations et de revendicationshargneuses qui ne pourra plus s’interrompre, avec des politiciens qui en ontfait leur raison d’être et leur fonds de commerce. »

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La métaphore de la panthère >