Les identités meurtrières

par

La mondialisation : la face souriante et la face tragique

Néanmoins,au-delà du contraste entre les deux réalités de l’uniformité et del’universalité, il a semblé urgent à l’essayiste d’exposer à l’entendement dulecteur d’autres réalités plus palpables, elles aussi contrastées, renduesvivantes par la mondialisation. Ces réalités s’exprimeraient notamment àtravers les faces souriante et tragique de la mondialisation.

L’un des avantages les plusheureux de la mondialisation souligne Maalouf est la multitude de possibilitésoffertes à l’individu. Il affirme d’ailleurs qu’« on peut trouver dans les ressources qu’offre le monded’aujourd’hui les moyens de réaliser quelques-uns de ses rêves ». Etl’auteur de nous donner l’exemple d’Internet dont l’ubiquité et la vitessepermettent de vaincre un certain nombre d’obstacles et de porter au même statutdes individus très différents : « vude l’intérieur, l’Internet est un formidable outil de liberté, un espaceraisonnablement égalitaire dont chacun peut se servir à sa guise, et au seinduquel quatre étudiants astucieux peuvent exercer autant d’influence qu’un chefd’État ou une compagnie pétrolière. » Observation qui pourrait fairecroire qu’à chaque problème rendu manifeste par la mondialisation, cette mêmemondialisation lui trouverait systématiquement une solution. L’auteur d’ailleursnous met en garde contre une telle lecture car la seule évidence est que nousdisposons aujourd’hui d’une infinité de moyens grâce auxquels nous pourrions souvent résoudre des problèmes de plusen plus complexes.

Par ailleurs, cette variété de moyensdont la mondialisation nous offre l’opportunité est menacée, autant ladiversité animale que la diversité culturelle. Concernant celle-ci, ladisparition de certaines langues, de certains savoirs, bref de certaines « identités spécifiques » estsymptomatique des revers de la mondialisation : « Descommunautés humaines qui avaient forgé au cours de l’Histoire une cultureoriginale, faite de mille et une trouvailles — vestimentaires, médicinales,picturales, musicales, gestuelles, artisanales, culinaires, narratives… —,sont menacées de perdre leur terre, leur langue, leur mémoire, leur savoir,leur identité spécifique, leur dignité. »

Cependant, face souriante outragique, la mondialisation, avoue l’auteur, est d’abord le résultat de cequ’en font ses principaux acteurs ; ils peuvent dès lors grâce à une prisede conscience précoce faire inverser la tendance selon laquelle « notre action [est rarement] à lahauteur de notre capacité de nuisance ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La mondialisation : la face souriante et la face tragique >