Mithridate

par

L’amour impossible

La beauté de cette tragédie de Racine tient en ce nœud central de l’intrigue qu’est l’amour impossible qui lie Xipharès à Monime. En effet, les jeunes gens sont conscients du caractère irréalisable de la passion qui les unit. Cette lucidité les fait souffrir sans relâche. Monime n’avoue-t-elle pas à son soupirant : "Jamais tous vos malheurs ne sauraient approcher / Des maux que j'ai soufferts en le voulant cacher." ? De son côté, Xipharès éprouve de la compassion pour la jeune promise de son père car il connaît ce dernier qu’il aime et vénère, aussi bien dans ses qualités que dans ses défauts. Aussi, quand il affirme, en parlant de Monime : "Je la plains d'autant plus que Mithridate l'aime.", il parle en toute connaissance de cause. La jalousie maladive de Mithridate, combinée  à son égo immense, - lui qui voit en Monime un joyau destiné à rehausser son prestige -  l’empêche de voir qu’il ne lui suffit que d’un renoncement pour faire le bonheur d’un fils qu’il aime d’un amour sincère. Monime, de son côté, même si elle n’aime pas le roi, ne se voit pas le tromper, si bien qu’elle conseille à son amoureux de s’éloigner tout en lui avouant, touchante et pathétique : "Hélas ! si tu savais, pour garder le silence, / Combien ce triste coeur s'est fait de violence !"

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’amour impossible >

Dissertation à propos de Mithridate