Mithridate

par

La tragédie de la passion

Mithridate possède tous les éléments qui caractérisent la tragédie classique. Tout d’abord, un thème crucial est abordé: deux frères ennemis partageant un amour mutuel pour la même femme. Ce thème -  que l’on retrouve dans La Thébaïde - semble être récurrent dans les pièces de Jean Racine puisqu’on peut le retrouver également dans Britannicus et dans Bajazet. Exceptionnellement ici, c’est le « bon » frère qui triomphe à la fin de la pièce. Par ailleurs, Racine expose dans son oeuvre la passion amoureuse, torturante, d’un roi puissant et redoutable, le tout dans un climat de trahison. Monime, la jeune fille qui lui est destinée, est consciente de ne pas avoir le choix, ce qui rend d’autant plus tragique sa situation : « Il fallut obéir. Esclave couronnée / Je partis pour l’hymen où j’étais destinée ». Elle doit épouser le père de celui qu’elle aime et n’a pas le choix.

Le drame tourne autour de secrets, secrets protégés par certains et dévoilés par d’autres. Cependant, l’ensemble des péripéties qui prennent place vers la fin de la pièce semblent donner à cette histoire une coloration presque « joyeuse » et étonnante : Xipharès et Monime sont sauvés de justesse, Mithridate bénit son fils Xipharès, juste avant de mourir, après avoir appris que son fils a lutté contre leurs ennemis (contrairement à son autre fils qui l’a trahit). Le couple formé par les deux jeunes gens peut finalement montrer son amour : le roi, dans un dernier soupir, les unira l’un à l’autre. Il est vrai que, malgré un climat tragique, la pièce semble un peu moins...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La tragédie de la passion >

Dissertation à propos de Mithridate