Pars vite et reviens tard

par

Joss Le Guern

Joss Le Guern a souffert dans le passé car il a connu une enfance difficile, maltraité dans une pension et qui plus est, éloigné de sa famille. C’est pourquoi, plus tard, il continuera à se méfier des gens, surtout les inconnus :

            « Non, pour rien au monde Joss n'aurait accordé sa confiance aux choses, pas plus qu'aux hommes ou à la mer. Les premières vous prennent la raison, les seconds l'âme et la troisième vie ».

            Ancien marin breton, Joss Le Guern écope de deux ans de prison pour avoir agressé et menacé de mort l’armateur du bateau dont il était lui-même le capitaine, le Norrois qui a fait naufrage.  Libéré, il se rend à Paris où il retrouve son arrière-grand-père. Celui-ci lui conseille de devenir crieur, une tradition familiale qu’il ne veut pas voir disparaître. C’est en jouant donc le rôle de crieur sur la place Edgar Quinet (après avoir essayé plusieurs petits boulots) que Joss Le Guern devient un personnage-clé, puisqu’il représente une sorte d’intermédiaire (recevant des messages anonymes et énigmatiques), qui relie les recherches du commissaire Adamsberg à la mystérieuse et morbide histoire des grands « » peints à l’envers en noir sur les portes d’appartements et d’immeubles parisiens.

            Joss Le Guern s’avère une aide précieuse pour le commissaire car, grâce à lui, ce dernier va prendre connaissance du contenu des messages, plutôt étranges et inquiétants, annonçant le retour du fléau de la peste qu’a connu la capitale en 1920 et qui a fait de nombreuses victimes. Cette découverte va faire la lumière sur l’enquête menée par Adamsberg.

            La nouvelle vie parisienne de Joss Le Guern ne lui fait pas oublier ses années en tant que matelot. Breton, il est entier comme la mer. Il s’exprime de manière sauvage en utilisant un vocabulaire lié au monde marin. Ainsi, sa perception du commissaire Adamsberg :

            « Les vésicules rondes de ces algues se nommaient des flotteurs […] Ces flotteurs étaient enfoncés sous des sourcils fournis et embrouillés qui leur faisaient comme deux abris rocheux. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Joss Le Guern >