Pars vite et reviens tard

par

Style simple et bien rythmé

Pour respecter les normes du roman noir, il ne s’agit pas de se focaliser seulement sur le fond de l’histoire, comme développé dans la partie précédente de l’analyse, mais aussi sur la forme tel que le style utilisé par la romancière de manière à ce qu’il soit harmonieusement relié à l’histoire elle-même. Fred Vargas use de phrases plutôt courtes et saccadées, ce qui apporte beaucoup de suspens et de mystère à l’histoire. Son récit n’est pas une prose continue mais plutôt un souffle interrompu par de nombreux dialogues qui donnent plus de vie au roman et marquent le sentiment d’instabilité qui tourne autour du crime traumatique dans une société en plein désarroi. Ces dialogues sont également l’occasion pour l’auteur d’utiliser « des procédés d’écriture modernisée comme l’emploi de l’argot ou l’emploi du langage lié à la criminalité et à la misère des bas-fonds ou l’emploi de description de scènes sombres et virulentes »[1]. Ainsi, le style ne peut être que simple et accessible car très proche de celui du lecteur moderne.

Mis à part les dialogues, les découvertes macabres, de manière intermittente, dans plusieurs appartements de la capitale d’un côté et celle de la révélation de messages énigmatiques consécutifs de l’autre, donnent un rythme bien particulier au récit, qui ajoute au suspens et à la panique, effets recherchés par l’auteur de romans policiers. Ces effets sont d’ailleurs approfondis par la présence de deux situations (celle des grands « 4 » et celle des messages) aussi inquiétantes l’une que l’autre, et se passant simultanément ou...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Style simple et bien rythmé >

Dissertation à propos de Pars vite et reviens tard