Rhinocéros

par

La réduction de l’espace et de la liberté

À cause de l’invasion duvillage par les rhinocéros, la race humaine est exterminée (Bérenger demeurel’unique survivant). Il n’y a donc plus de place pour l’humanité. Tous leshommes ont été changés en brutes, en êtres sauvages par l’invasion. Ionesconous présente ainsi les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale. Déjà, au lendemainde la Première Guerre mondiale, les hommes se sont laissé corrompre pendant unepériode sensible de reconstruction, et le régime nazi, à un moment, est apparucomme une solution pour beaucoup. De la même façon que le rhinocéros apparaîtcomme étant plus beau que l’homme, le régime nazi a su séduire les hommes enexploitant leurs faiblesses.

« BERENGER :Tout de même, nous avons notre morale à nous, que je juge incompatible aveccelle de ces animaux.
JEAN : La morale ! Parlons-en de la morale, j’en ai assez de lamorale, elle est belle la morale ! Il faut dépasser la morale.
BERENGER : Que mettriez-vous à la place ?
JEAN, même jeu : La nature ! […] La nature a ses lois. La moraleest antinaturelle. »

Mais la pièce date de 1959et semble peut-être davantage pointer du doigt le stalinisme d’après la SecondeGuerre mondiale. Les dérives autoritaires et dictatoriales du communisme sousla tutelle de Staline, ainsi que le fanatisme qui en était la force motricecoïncident avec les rhinocéros d’Ionesco. Ionesco a fait l’expérience dufanatisme, et c’est avec précision qu’il met en scène la dynamique de la« contagion idéologique ». La pièce rappelle des régimes où desmembres d’une même famille pouvaient se dénoncer entre eux. Cette situation abien eu lieu sous Staline et sous l’Occupation allemande en France. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La réduction de l’espace et de la liberté >