Rhinocéros

par

Résumé

La pièce débute sur une discussion entre deux amis, Bérenger et Jean. Bérenger est un employé de bureau et un homme plutôt réservé. Jean, quant à lui, est extraverti et semble avoir une haute estime de lui-même. Les deux hommes sont assis à la terrasse d’un café. Jean se montre dur envers son ami et lui reproche de ne pas avoir une personnalité forte et d’être quasiment apathique. Bérenger lui donne raison en ne répondant pas.

Tout à coup, on aperçoit un rhinocéros sur la place principale de la ville. Ceux qui ont assisté à la scène s’interrogent alors et discutent de l’événement. Ils sont nommés principalement selon leurs professions (le Logicien, la Ménagère, le Patron du café, la Serveuse, le Vieux Monsieur). Puis la vie reprend son cours normal.

C’est alors qu’apparaît Daisy, une collègue de Bérenger qu’il aime en secret. On apprend qu’il n’ose pas lui avouer son amour à cause de sa timidité. De plus, Dudard, un collègue de Bérenger, l’intimide car il est plus exubérant et démonstratif que lui. À la terrasse du café, il y a aussi le Logicien qui illustre au Vieux Monsieur la définition d’un syllogisme avec l’exemple suivant : « Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat ».

Soudain, un autre rhinocéros traverse la place. La Serveuse lâche le plateau qu’elle tient en l’apercevant. La Ménagère surgit en pleurs, un chat mort dans les bras ; c’est le sien, le rhinocéros vient de l’écraser.

Bérenger et Jean conversent alors sur les rhinocéros et se posent trois principales questions. Ils se demandent si le second rhinocéros était le même que le premier, s’interrogent sur le nombre de cornes qu’il possède et d’où il vient. Cette discussion se transforme rapidement en dispute, et finalement Jean part.

Le lendemain, M. Bœuf est absent au travail. Bérenger parle des évènements de la veille avec ses autres collègues présents (Daisy, Botard, Dudard et M. Papillon). Tout à coup, Madame Bœuf arrive. Elle déclare avoir été poursuivie par un rhinocéros qui serait son mari. Les employés du bureau sont perplexes. C’est alors qu’un rhinocéros apparaît à son tour. Madame Bœuf s’évanouit lorsqu’elle reconnaît son mari. Après être revenue à elle, elle monte sur le rhinocéros et tous deux quittent le bureau.

Progressivement, les habitants se transforment en rhinocéros. Ils détruisent des structures de la ville et les employés du bureau ne peuvent plus quitter le bâtiment. Ils attendent alors une intervention des pompiers pour pouvoir rentrer chez eux. Ces derniers leur expliquent qu’à cause de la « rhinocérite », ils sont contraints d’intervenir un peu partout en ville.

Bérenger décide ensuite de visiter Jean. Il découvre alors ce dernier malade. Il énonce des propos hallucinatoires. C’est alors que Bérenger le voit se transformer à son tour en rhinocéros.

Une fois rentré chez lui, Bérenger se rend compte qu’il est lui aussi atteint de la rhinocérite. Mais il résiste pour ne pas se transformer en rhinocéros. Il reçoit la visite de Dudard. Les deux hommes parlent des rhinocéros. Bérenger se montre très soucieux et angoissé relativement au sujet tandis que Dudard ne s’inquiète pas plus que ça. Il pense que tant que la maladie n’est pas mortelle, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Au détour de la conversation, Dudard révèle à Bérenger que M. Papillon, leur patron, s’est transformé en rhinocéros. Bérenger s’insurge. Selon lui, M. Papillon avait « le devoir de ne pas succomber ». Une fois encore, Dudard est moins inquiet que Bérenger et considère que ce dernier se montre intolérant.

Daisy arrive alors chez Bérenger ; elle est venue pour prendre de ses nouvelles. Elle lui apprend que Botard s’est aussi transformé, et ne comprend pas pourquoi cela contrarie Bérenger. Elle emploie alors les mots de Botard pour rassurer Bérenger : « Il faut suivre son temps ». Elle sort ensuite de la nourriture de son panier, expliquant aux deux hommes qu’il est devenu difficile d’en acheter. Dudard refuse l’invitation à manger qu’on lui fait, et explique qu’il préfère retourner auprès des rhinocéros. Selon lui, il a le devoir de rejoindre ses amis et ses supérieurs.

Une fois seuls, Bérenger et Daisy s’étreignent. Tout à coup, le téléphone sonne : Béranger répond et entend des barrissements de rhinocéros, puis d’autres barrissements retentissent dans la rue. Daisy décide de rejoindre les rhinocéros, expliquant à Bérenger qu’il s’agit du choix le plus raisonnable. Elle décrit alors les rhinocéros comme de belles créatures et leur attribue de nombreuses qualités. Bérenger lui dit qu’il serait plus judicieux de tenter de « sauver le monde ». Daisy pense qu’il a perdu la raison. C’est alors qu’elle part. Seul, Bérenger hésite à rejoindre les rhinocéros. Finalement, il décide de rester un homme et déclare « Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu’au bout ! Je ne capitule pas ! ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >