Voyages de Scarmentado

par

En Angleterre

Voici, à titre d’exemple ; un passage tiré de son voyage en Angleterre : «De saints catholiques avaient résolu, pour le bien de l'Église, de faire sauter en l'air, avec de la poudre, le roi, la famille royale, et tout le parlement, et de délivrer l'Angleterre de ces hérétiques. » Ici, Voltaire juxtapose volontairement les expressions « saints catholiques » et « sauter en l’air » (qui, au sens figuré signifie « tuer »). Il ne le dit pas lui-même, mais il veut que le lecteur lui-même comprenne le paradoxe dans les valeurs de « pureté » religieuse qu’on associe aux catholiques, et les actions véritables qu’ils posent (crimes humains).

Plus loin dans le passage, il prend exemple sur la reine Marie (fille d’Henri VIII) qui avait « fait brulé plus de cinq cent sujets » parce qu’ils avaient refusé de prendre de l’eau bénite. Il connote même la reine Marie de « bienheureuse reine Marie », comme un paradoxe par rapport à Marie, la mère de Jésus, qui était véritablement vertueuse. L’auteur dénonce ainsi leur absurdité : « Un prêtre ibernois m'assura que c'était une très bonne action ». Voltaire utilise également l’antiphrase, une figure de style couramment employée avec l’ironie. C’en est le cas dans le passage du voyage de Scarmentado à Séville, alors qu’il est sur le point de se faire emprisonner : «Le soir… arrivèrent chez moi deux familiers de l'inquisition avec la sainte Hermandad : ils m'embrassèrent tendrement… » Et encore : « il me serra quelque temps entre ses bras,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire En Angleterre >

Dissertation à propos de Voyages de Scarmentado