Boule de Suif

par

Boule de suif

Personnage principal de la nouvelle, elle se nomme Élisabeth Rousset, mais Maupassant ne la désigne qu'ainsi : Boule de suif. Son physique rond lui a valu son surnom : « Petite, ronde de partout, grasse à lard, avec des doigts bouffis, étranglés aux phalanges, pareils à des chapelets de courtes saucisses, avec une peau luisante et tendue, une gorge énorme qui saillait sous sa robe, elle restait cependant appétissante et courue, tant sa fraîcheur faisait plaisir à voir. Sa figure était une pomme rouge, un bouton de pivoine prêt à fleurir ; et là-dedans s'ouvraient, en haut, deux yeux noirs magnifiques, ombragés de grands cils épais qui mettaient une ombre dedans ; en bas, une bouche charmante, étroite, humide pour le baiser, meublée de quenottes luisantes et microscopiques. » Boule de suif est à la fois fraîche comme un beau fruit et appétissante comme une jolie pièce de charcuterie, dans les deux cas objet de consommation. Sa constitution physique n'est pas sans rappeler ces « blondes grasses » que l'on croise dans l’œuvre de Zola, grand ami de Maupassant.

C'est une prostituée, « une de celles appelées galantes ». Sur ses qualités professionnelles, Maupassant écrit ceci : « Elle était de plus, disait-on, pleine de qualités inappréciables », ce qui ne dévoile rien et en dit beaucoup. Sa profession est connue de tous, et lui vaut le mépris de ses compagnons de voyage, qui la qualifient de « honte publique ». Complétons son portrait : « La grosse fille avait un enfant élevé chez des paysans d'Yvetot. Elle ne le voyait pas une fois l'an et n'y songeait...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Boule de suif >

Dissertation à propos de Boule de Suif