Caligula

par

Acte II

Trois ans après, les patriciens s’indignent : abusésde toutes parts par Caligula, ils ont été décimés par ses actions et, pisencore, insultés dans leur dignité. Scipion, qui aimait Caligula, s’estentièrement retourné contre lui depuis que l’empereur a fait exécuter son père.Prêts à l’assassinat, ils sont arrêtés par Cherea, qui s’oppose lui aussi àCaligula mais ne veut pas le voir tué pour de petites humiliations. C’estcontre l’idée d’un homme sans limites que Cherea veut frapper. Les patriciensacceptent son raisonnement : le peuple n’est pas encore prêt à lessoutenir dans le meurtre de Caligula ; il faut donc permettre à Caligulade devenir si évidemment tyrannique que tous souhaiteront sa mort.

Caligula entre soudain en scène alors qu’il n’était pasattendu. Sans dire un mot, il les regarde et sort. Caesonia et Hélicon, quil’accompagnent, restent derrière et ironisent. Revenant, Caligula annonce qu’ila l’intention de séduire la femme d’un des patriciens, Mucius, et que pouraider les finances publiques, il va se démettre de certains esclaves ; ilordonne aux patriciens de servir à leur place. Ceux-ci font de leur mieux, sousles commentaires acerbes de l’empereur.

Caligula apparaît parfaitement informé que les patricienscomplotent contre lui ; on dirait même qu’il essaie de les y pousser. Ilpart avec la femme de Mucius dans une pièce voisine. Caesonia retient lespatriciens en discutant philosophie et les informe que Caligula est en traind’écrire un traité sur le pouvoir meurtrier de la poésie. Caligula revient etannonce qu’il a donné l’ordre de fermer les greniers publics, assurant qu’il yaura famine demain. Il note qu’on ne peut être libre qu’aux dépens de quelqu’und’autre. Il fait lire un nouveau traité qui justifie les exécutions généralesauxquelles il s’adonne.

Restant seul avec quelques-uns des patriciens, Caligulaexpose son nouveau plan pour renflouer le trésor public, qui se résume à forcerles Romains à fréquenter des bordels publics. Voyant le vieux patricien Mereiabuvant dans une fiole, il l’accuse de prendre un contrepoison et donc desoupçonner l’empereur de vouloir l’empoisonner. Il force le vieillard à boireun poison et Mereia en meurt.

Caesonia parle à Scipion, le fait se remémorer son pèreassassiné. L’empereur et Scipion se mettent à discuter de poésie ; ilss’entendent sur le sujet et considèrent de la même façon la nature. Scipions’émeut, jusqu’à ce que Caligula dise que le poème dont lui parle Scipion,qu’il a écrit, manque de sang, et le jeune homme réalise que Caligula jouait jusqu’alorsl’hypocrite. Caligula le concède, mais il avoue aussi qu’il y a dans sa vie uneimmense solitude, telle que Scipion ne pourrait l’imaginer et que seul lemépris peut combler.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Acte II >