Caligula

par

Le mythe de Caligula

Empereur romain de l’an 37 à l’an 41, Caligula est entré dans l’histoire comme un des plus grands monstres ayant jamais régné. On note sa violence péremptoire, sa facilité au meurtre, sa continuelle lubricité, ses passions incestueuses, avec une longue suite d’anecdotes – comment il fit un sénateur de son cheval, comment il mena une armée pour conquérir les îles britanniques mais n’alla pas plus loin que la côte où il récolta des coquilles comme trophées, surtout comment il se divinisa avant sa mort. Faire la part des choses entre ces légendes et la vérité historique est difficile étant donné la pénurie de documents contemporains; mais Caligula trouve peu de défenseurs.

Camus trouvera chez Caligula un personnage lui permettant d’explorer de façon dramatique un problème philosophique. Ce qui attire Camus est le fait que pour les deux premières années de son règne, Caligula a été considéré comme un bon monarque, surtout en contraste avec la corruption et la pingrerie de son prédécesseur Tibère. C’est après qu’il tombe dans la folie. Camus voit dans son propre questionnement philosophique une façon d’essayer d’expliquer le pourquoi de Caligula. En faisant de Caligula un philosophe de l’absurde et de la révolte, Camus réussit à trouver une logique aux actions de l’empereur. Plutôt qu’un simple fou, Caligula devient un homme possiblement trop logique et trop intelligent. Caligula représente donc ce qui se passe si une philosophie est mise en œuvre et poussée au bout dans le monde réel plutôt qu’étant confinée au monde abstrait de la pensée.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le mythe de Caligula >

Dissertation à propos de Caligula