Comme il vous plaira

par

Présentation

Écrite au milieu de sa carrière, alors qu’il approche de sa période la plus sombre, Comme il vous plaira (As you like it dans sa version anglaise) nous offre une des grandes comédies parlées de Shakespeare. Tout comme Peines d’amour perdues, à laquelle la pièce se jumelle de plus d’une façon, Comme il vous plaira est une pièce où il ne se passe pas grand-chose. En revanche, on y disserte beaucoup. En théorie, c’est une comédie d’amour, mais il ne serait pas déplacé de suggérer que c’est plutôt une comédie sur l’amour.

Si Peines d’amour perdues nous offrait des personnages qui représentaient tous les niveaux d’utilisation du langage, du marivaudage précieux au pédantisme et à l’incompréhension des illettrés, Comme il vous plaira nous donne plutôt tous les niveaux de l’amour, du plus exalté au plus bestial. L’auteur ne se prive pas d’instruire devant son lecteur, aussi, le procès de cet amour plurivoque, satirisant les excès des mauvais rimeurs autant que des mélancoliques. Satire aussi des galants et des galantes, où le travestissement de Rosalinde remet en question la place de la femme dans la société. Et peut-être aussi satire dans son titre : Shakespeare suggère-t-il qu’il donne simplement à son auditoire ce qu’il veut, à l’image de Bizet écrivant l’air du toréador dans Carmen avec le commentaire « Puisqu’ils veulent de la m****, ils en...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Présentation >

Dissertation à propos de Comme il vous plaira