Comme il vous plaira

par

Le monde pastoral à la mode

Avec son portrait assez illusoire de la différence entre cour et campagne, Comme il vous plaira se place dans la lignée des œuvres pastorales qui fleurissent à la Renaissance. Inspiré de Virgile, le mode pastoral fait fureur, avec ses paysages bucoliques et ses amours irréelles entre paysans aux noms farfelus de Corydon et de Stella, bergers qui semblent n’avoir rien de mieux à faire que disserter sur l’amour et chanter des chansons larmoyantes. Le mode perdurera, se retrouva jusqu’à chez Marivaux et les bergeries de Marie-Antoinette. Et s’il plaît au public, Shakespeare décide de complaire à celui-ci. Mais l’auteur vient d’une ville à la campagne et n’a pas d’illusions sur la dureté de la vie, et il y a bien des aspects évoqués auxquels le monde aristocratique (chef-lieu de l’amour du pastoral) n’était pas habitué : la discussion sur la copulation des moutons, par exemple, et comment le paysan doit souvent se salir les mains pour l’accomplir. Plus pertinent encore à l’époque, le personnage de Corin, fermier dont le rentier est à la veille de le mettre à la porte en vendant sa ferme. La rencontre opportune avec Rosalinde l’en sauvera, mais il n’en demeure pas moins un vent de réalisme inattendu dans le décor pastoral où la question des rentes ne survient ordinairement jamais. Rentier lui-même, Shakespeare sait de quoi il parle, et il rajoute de telles évocations réalistes tout au long de son œuvre.

La comédie romantique, sur fond pastoral, est donc moins légère qu’elle n’y...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le monde pastoral à la mode >

Dissertation à propos de Comme il vous plaira