Comme il vous plaira

par

Rosalinde

Cette jolie jeune femme tombe amoureuse d’Orlando suiteau duel qu’il remporte face à Charles. Elle est la fille du duc renversé quivit dans la forêt, et la nièce de Frédéric, nouveau duc illégitime qui s’estinstallé lui-même sur le trône. Elle est autorisée à vivre à la Cour car elleest la seule amie de Célia, la fille de Frédéric, et ce père souhaite garder safille auprès de lui. Intelligente, lors de sa fuite du royaume elle se déguiseen un homme et se fait appeler Ganymède, afin de pouvoir rester avec Célia.

Ce personnage figure une jeune femme extrêmement libre,franche et intelligente. À travers elle Shakespeare prend des libertés quant àla forme de sa pièce, car lors de l’épilogue Rosalinde s’adresse au public,chose peu courante : « Ce n’est pas la mode de voir l’héroïne enépilogue, mais ce n’est pas plus malséant que de voir le héros en prologue.S’il est vrai que bon vin n’a pas besoin d’enseigne, il est vrai aussi qu’unebonne pièce n’a pas besoin d’épilogue. Pourtant à de bon vin on met de bonnesenseignes et les bonnes pièces semblent meilleures à l’aide des bons épilogues.Dans quel embarras suis-je donc, moi qui ne suis pas un bon épilogue et ne puisintercéder près de vous en faveur d’une bonne pièce ! Je n’ai pas les vêtementsd’une mendiante : mendier ne me sied donc pas. Ma ressource est de vousconjurer, et je commencerai par les femmes… O femmes ! je vous somme, parl’amour que vous portez aux hommes, d’applaudir dans cette pièce tout ce quivous en plaît ; et vous, ô hommes, par l’amour que vous portez aux femmes(et je m’aperçois à vos sourires que nul de vous ne les hait), je vous somme deconcourir avec les femmes au succès de la pièce… Si j’étais femme,j’embrasserais tous ceux d’entre vous dont la barbe me plairait, dont le teintme charmerait, et dont l’haleine ne me rebuterait pas ; et je suis sûre quetous ceux qui ont la barbe belle, le visage beau et l’haleine douce, en retourde mon offre aimable, voudront bien, quand j’aurai fait la révérence,m’adresser un cordial adieu. » Shakespeare ce faisant mêle fond et forme dansson originalité.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Rosalinde >