Derniers poèmes d'amour

par

L'amour : un sentiment vital

Cet amour, bien qu’inutile en soi lui est totalement vital et il ne peut vivre sans, sans amour ni sentiments sa vie n’aurait plus aucun sens, elle prendrait une autre tournure, moins heureuse. Cet amour sans intérêt est en réalité sa raison de vivre et sa raison d’être. Il a ainsi pour lui un rôle de moteur, de motivation, et représente un élément vital au même titre que l’eau que l’on boit ou l’air que l’on respire. La femme aimée représente ainsi la médiation, le lien qu’il entretient avec sa propre existence. Son coeur ne bat ainsi que pour la femme, l’être aimé et retrouve l’euphorie au contact de ce qui pour lui est totalement indispensable à la vie.

Plus qu’une ode à une femme, c’est une ode à la femme, et plus globalement à l’amour.

La femme a également pour Eluard un effet certain, d’adoucir sa vie et la manière dont il la voit, et partant, dont il se voit lui même. Eluard, qui estime ne pas parvenir à « percer le mur du miroir » reprend l’idée de Cocteau qui distinguait l’image de la réflexion du miroir. Eluard exprime ainsi le sentiment de pas pas reconnaître sa propre image lorsqu’il l’aperçoit face à lui, d’où une forme faussée du réel et l’appréciation qu’il en fait. On a donc deux degrés de réflexion du miroir, celui de l’image brute, et celui de l’appréciation subjective que se fait celui qui est en face, en face à face à lui même. La femme ainsi permet d’adoucir ces images et rend le monde autour de lui, ainsi que sa propre image plus appréciable, plus acceptable. Il a besoin de cette médiation entre lui et l’existence pour la supporter grâce à ces images.

Eluard exprime en outre le besoin de ces femmes pour se sortir des moments difficiles, de la mort, constamment évoquée ici. Ces femmes qui ont été avec lui, lui ont permis de passer outre et de s’en trouver plus heureux. La monde environnant est plus harmonieux, plus paisible et emprunt de liberté et de courage, ce que l’on retrouve dans son célèbre poème « Liberté ».

La mort n’est pas évoquée uniquement comme la mort naturelle de l’être humain mais également comme le deuil que l’on fait d’une relation, avec l’autre et comme l’espérance qu’un nouvel amour permettrait de chasser la tristesse de la mort d’une relation amoureuse précédente. C’est là qu’intervient Dominique, son espoir de revivre heureux, après avoir perdu Gala et Nusch.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L'amour : un sentiment vital >