Double-Assassinat dans la Rue Morgue

par

Le narrateur

Toute l’histoire est racontée à posteriori par ce personnage dont le lecteur sait peu de choses, pas même son nom, car s’il livre nombre de détails sur Dupin, il se met en retrait et laisse la première place à celui dont il narre les aventures.

Il a rencontré Dupin par hasard : c’est l’amour des livres qui les réunit. Leur amitié naissante les pousse à partager un même logement. Si le narrateur accepte de vivre au rythme des lubies parfois étranges de Dupin, comme celle de vivre la nuit plutôt que le jour, on peut en déduire qu’il partage avec le détective une excentricité qui le met en marge de la société, mais aussi que sa personnalité n’est pas forte comme celle de Dupin, puisqu’il le suit en tout. Il désigne Dupin comme « le Français » ; il est aisé d’en déduire que le narrateur n’est pas français, sans doute américain comme Poe. Il accompagne Dupin en toutes circonstances et forme avec lui un duo qui préfigure celui que formeront Watson avec Holmes ou Hastings avec Poirot, à un détail près : Watson et Hastings existent en tant qu’individus et exercent une activité qui leur appartient : Watson est médecin, Hastings militaire. En revanche, le narrateur de Double Assassinat dans la rue Morgue n’existe qu’à travers son rôle de narrateur et de laudateur. En effet, il a pour Dupin une très grande admiration. Quant à ses autres sentiments, le lecteur n’en saura rien.

Le narrateur est l’homme ordinaire, l’aune qui permet de mesurer le génie de Dupin. En effet, les deux hommes sont présents en même temps sur la scène de crime et entendent les mêmes témoignages. Le narrateur et la police – et le lecteur – se trouvent face au même imbroglio et commettent les mêmes erreurs d’interprétation, erreurs que Dupin seul ne commet pas. C’est le narrateur qui livre au lecteur les détails affreux du meurtre et donne au récit son aspect horrible. Qu’on imagine la même histoire racontée par la voix de Dupin : elle aurait été radicalement différente, et peut-être ennuyeuse.

Le narrateur est le chroniqueur fidèle et admiratif d’un exploit dont il se sait incapable. Il est tout ce que Dupin n’est pas, c’est-à-dire ordinaire. Cependant, il est lui aussi un personnage précurseur, celui de l’assistant utile mais inférieur, l’acolyte sympathique dont la seule gloire est de chanter celle de son ami détective surdoué.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le narrateur >