Double-Assassinat dans la Rue Morgue

par

Les victimes

Deux femmes, une mère et sa fille, deuxpersonnes paisibles qui rencontrent, un soir, un horrible destin : tellessont Mme l’Espanaye et sa fille Camille, les deux victimes.

Le lecteur sait peu de choses à leur sujet,puisque les seules informations qui lui sont données, ainsi qu’à Dupin et aunarrateur, le sont par le journal. Les éléments que l’on apprend ainsitémoignent principalement d’une chose : on ne connaissait guère les damesl’Espanaye dans le quartier. En effet, les différentes personnes interrogéespar le journaliste donnent des éléments fort disparates et sans lien les unsavec les autres. Pour l’un, « Mme l’Espanaye disait la bonne aventure pourvivre ». Pour un autre, « la bonne dame était en enfance »,c’est-à-dire atteinte de sénilité. Ce dont on est sûr, c’est que les deuxfemmes étaient propriétaires de l’immeuble où se trouve leur appartement,qu’elles menaient une vie discrète, et se trouvaient depuis la veille enpossession d’une forte somme d’argent.

Les seules certitudes à leur sujet concernentleur mort. Poe n’épargne au lecteur aucun détail sur la fin horrible des deuxfemmes. On trouve le cadavre de Camille l’Espanaye dans le conduit decheminée : « on en tira le corps de la demoiselle, la tête en bas,qui avait été introduit de force et poussé par l’étroiteouverture » ; quant à sa mère, on retrouve son cadavre « avec lagorge si parfaitement coupée, que, quand on essaya de le relever, la tête sedétacha du tronc ». À ces descriptions, Poe ajoute quelques détails quiaccentuent l’horreur de la fin des malheureuses.

Ce sont des femmes paisibles sur lesquelles afondu une horreur sans nom, et cela est propre à terrifier les habitants duquartier et le lecteur. Poe les décrit très peu et n’entre pas dans le détailde leur personnalité, car la seule fonction qu’il leur donne est de choquer lelecteur, non pas par la noirceur de leur vie, mais par leur fin terrible. Lesdames l’Espanaye sont les supports de l’horreur.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les victimes >