Double-Assassinat dans la Rue Morgue

par

Une horrible histoire

Edgar Allan Poe n'est pas seulement connu pour avoir créé le premier détective purement cérébral dans l'histoire de la littérature, son nom est aussi associé à nombre de récits qui ont pris place au panthéon de l'horreur, contes effrayants, nouvelles terrifiantes, dont la lecture provoque chez le lecteur un exquis malaise et une terreur délicieuse. Poe évoque dans ses nouvelles les peurs primaires enfouies en l'être humain, celle de l'enfouissement prématuré dans Ligeia ou La Chute de la maison Usher, de la maladie dans Le Masque de la mort rouge, de la vengeance venue d'outre-tombe comme dans Le Chat noir ou Le Cœur révélateur. Dans ces nouvelles, la mort est omniprésente, toujours terrifiante. Poe est un des plus grands maîtres de la littérature d'horreur, et Double assassinat dans la rue Morgue occupe une des toutes premières places parmi ses œuvres les plus effrayantes.

Poe n'épargne pas son lecteur quand il décrit la scène du crime, et l'état épouvantable dans lequel se trouvent les corps des dames l'Espanaye. La première décrite est la jeune Camille : « Le corps de la jeune dame était fortement meurtri et excorié. [...] La gorge était singulièrement écorchée. [...] La face était affreusement décolorée, et les globes des yeux sortaient de la tête. La langue était coupée à moitié. Une large meurtrissure se manifestait au creux de l'estomac ». Puis vient le tour le sa mère : « Le corps de la mère était horriblement mutilé. Tous les os de la jambe et du bras gauche plus ou moins fracassés ; le tibia gauche...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une horrible histoire >

Dissertation à propos de Double-Assassinat dans la Rue Morgue