Frankenstein

par

La monstruosité

Au cœur du roman se trouve la notion de monstruosité et plus encore la question de ce qui fait un monstre. La réponse qu’apporte Shelley semble bien être qu’un monstre est fait plutôt que , vérité que Frankenstein ne voudra admettre. Préférant croire qu’il a créé un monstre en l’amenant à la vie au lieu de l’abandonner, Victor refusera d’écouter tout avis contraire, fixant son attention sur les meurtres du Monstre.

La vérité est toutefois bien plus complexe que Victor ne veut l’admettre. La laideur de l’être qu’il crée est la raison primordiale pour laquelle il le fuit et l’abandonne. Mais cette laideur, il l’a lui-même conçue. Ce qui est curieux c’est qu’il ne la réalise qu’au moment où le corps s’anime. Cet aspect externe amène Victor à considérer sa création comme un monstre bien avant qu’elle ne fasse le moindre mal à qui que ce soit. C’est Frankenstein qui peut être considéré comme un parent monstrueux, en refusant d’élever son enfant. Il ne découvrira que bien plus tard l’esprit de sa création, son intelligence et sa capacité au bien, mais il sera trop tard : les meurtres ont commencé et lui permettent de légitimer a posteriori son abandon.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La monstruosité >

Dissertation à propos de Frankenstein