Frankenstein

par

Le secret

Si la monstruosité est le thème clé de l’œuvre, le secret y prend une grande part. Frankenstein doit cacher à tous, d’abord son projet, et ensuite les conséquences d’un tel projet. C’est là une attitude qui contraste avec sa nature scientifique. Il essaie, après tout, de pénétrer les secrets de la nature ; c’est en essayant de comprendre la mort qu’il en vient, par hasard, à trouver une manière de la déjouer. Au lieu de révéler sa découverte au grand jour, il se décide à en pousser les implications jusqu’au bout, sans en avertir qui que ce soit.

Il essaie ensuite d’effacer toute trace de ce qu’il a fait, tout comme, en Écosse, il noiera l’évidence de sa création avortée, la compagne promise au Monstre. À partir du moment où il a décidé de se lancer en solitaire contre la nature, Victor est prisonnier de son secret. Il ne pourra expliquer ce qu’il a fait à Henry, sa mélancolie, son incapacité à sauver Justine d’une mort injuste. Il ne pourra expliquer également les raisons qui le poussent à ne pas se marier avec Elizabeth tout de suite. Révéler sa responsabilité dans l’existence du monstre, ce serait faire la lumière sur sa propre monstruosité. Son personnage contraste donc avec Henry, tout autant qu’avec Walton, à qui il ne fait aucun secret de ses projets.

Le Monstre, en comparaison, est secret parce qu’il y est contraint. Les seuls moments presque heureux de sa vie après qu’il a pris conscience du monde, il les passe caché dans un taudis à espionner une famille heureuse. Il apprend vite à se cacher du monde, réussissant à s’évader aux yeux de tous, sauf de temps en temps, quand sa silhouette apparaît au détour d’un chemin, ou quand il est entrevu par une fenêtre. Espion, il surprend les secrets des autres, mais surtout, il est forcé de garder le secret sur sa propre existence.

Walton deviendra le dépositaire de Frankenstein et de sa création, leur accordant une mesure de repos ; il se fait en somme leur confesseur.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le secret >