Histoires extraordinaires

par

Double assassinat dans la rue morgue

Il s’agit d’une enquête du détective Dupin dans le Paris du XIXe siècle. Le narrateur est son ami, qui reste anonyme tout au long de l’histoire. On a retrouvé une jeune fille étranglée dans un conduit de cheminée d’un appartement de la rue Morgue, ainsi que le cadavre de sa mère gisant sur le pavé de la cour de l’immeuble. Les cris ont attiré les gens de l’immeuble, qui ont ainsi bloqué l’accès par la porte, par où personne n’est passé ; quant aux fenêtres elles étaient bloquées et fermées. Les voisins qui ont entendu la scène s’accordent cependant sur le fait qu’il y avait deux voix distinctes, dont l’une grave et qui s’exprimait en français.

Avec une approche basée sur la logique et le rationalisme, Dupin mène son enquête. Dans ce cadre il passe une annonce dans un journal signalant la disparition d’un orang-outang. Son propriétaire vient le chercher le soir même, et Dupin lui expose habilement sa théorie selon laquelle son animal serait le coupable des deux meurtres de la rue Morgue. Pris par surprise, le marin avoue l’avoir poursuivi jusque dans l’immeuble en l’appelant en français après que la bête lui eut échappé.

La nouvelle se conclut sur Dupin expliquant son raisonnement au narrateur : le primate a égorgé la mère, puis étranglé la fille ; apercevant son maître par la fenêtre, il a voulu dissimuler ses forfaits et a poussé le cadavre de la mère dans la cour puis caché celui de la fille dans le conduit de cheminée. C’est le marin qui a ensuite refermé la fenêtre, que la police croyait à tort condamné, derrière eux.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Double assassinat dans la rue morgue >