L'écume des jours

par

Présentation

L’Écume des jours, deuxième roman de Boris Vian (1920-1959), fut publié en 1947. Le manuscrit, daté du 26 mars 1946, a été présenté au concours de la Pléiade, mais le jury lui a préféré celui de Jean Grosjean, curé et poète. Le prix échappa donc à Vian, malgré le soutien prestigieux de Jean-Paul Sartre. Cet échec affecta profondément Boris Vian. L’œuvre fut peu appréciée du grand public du vivant de l'auteur, mais elle est aujourd'hui considérée comme un classique.

C'est une histoire d'amour, mais aussi un roman tragique, car ses personnages sont marqués par la fatalité. C'est aussi une critique acerbe de la société de 1946 que Boris Vian remet en cause en utilisant une forme littéraire particulière : l'absurde. L'écrivain crée un monde spécifique où les règles du monde « normal » ne s'appliquent pas. La cruauté de ce monde est rendue supportable par la poésie du style et l'humour noir de l'écrivain. En outre, c'est un roman ancré dans la modernité culturelle de son temps, en raison des constantes allusions au jazz, genre dont Boris Vian était un fervent admirateur.

L'écume, c'est la mousse sur le marécage, là où poussent les nénuphars. L'écume, c'est un déchet, une chose dont on aimerait se débarrasser ; le nénuphar, c'est la fleur de marais assassine qui va tuer l'un des personnages. Le marais, c'est l'eau stagnante du bayou de Louisiane, où Boris Vian prétend avoir écrit son roman. Dès le titre, la...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Présentation  >

Dissertation à propos de L'écume des jours