L'écume des jours

par

Chick

Au début de la rédaction du roman, le nom du meilleur ami de Colin était Jacques Chickago. Boris Vian l'a simplifié, en conservant la référence au jazz que les connaisseurs de l'époque ne pouvaient manquer : Chick est le prénom du grand batteur américain Chick Webb (1909-1939). Contrairement à Colin, il doit travailler pour vivre et son métier d'ingénieur ne lui permet pas de gagner beaucoup d'argent. Précisons enfin qu'il porte une petite moustache noire.

Chick nourrit une admiration sans bornes pour Jean-Sol Partre et son œuvre bien que, de son propre aveu, il n'y comprenne pas grand-chose. C'est un acheteur compulsif de tout ce qui concerne Partre. Tout son argent y passe, même la grosse somme que Colin lui a donnée afin de lui permettre d'épouser Alise. Chick se ruine en éditions rares des œuvres de son idole. « Ça me coûte très cher, mais je ne peux pas m'en passer […]. J'ai besoin de Partre. Je suis collectionneur. Il me faut tout ce qu'il fait. » Alors tout ses doublezons y passent. Il achète tout : éditions limitées, vieux vêtements de Partre, pipes mâchouillées... Il va jusqu'à enregistrer les conférences de Partre, les fait graver sur disque et les apprend par cœur. Son obsession pour Partre lui fait même perdre son emploi. Il néglige de payer ses impôts et finit par chasser Alise, car il n'a plus les moyens de l'épouser et de lui offrir une vie digne d'elle.

À la fin du roman, des « agents d'armes » se rendent chez Chick pour récupérer le montant...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Chick >

Dissertation à propos de L'écume des jours