La Cousine Bette

par

Comtesse Hortense Steinbock

Hortense est la fille d’Adeline Hulot et du baron Hulot d’Ervy. Elle ressemble beaucoup à sa mère, elle est aussi belle qu’elle. Le texte la décrit comme ayant des cheveux en boucles d’or, et un teint éclatant, similaire au nacre : « on voyait bien en elle le fruit d’un mariage honnête mariage, d’un amour noble et pur […] Grande, potelée sans être grasse, d’une taille svelte dont la noblesse égalait celle de sa mère, elle méritait ce titre de déesse si prodigué ». Elle est dotée d’une joie de vivre comparable à celle de Pauline, personnage éponyme du roman d’Alexandre Dumas. La beauté, la santé et la « fraîcheur de vie » d’Hortense étaient des caractéristiques typiques d’une enfant bourgeoise. En somme, c’était une très jolie jeune femme, et tout comme sa mère elle attirait le regard : « Quand ses yeux d’un bleu outremer, nageant dans un fluide qu’y verse l’innocence s’arrêtaient sur un passant, il tressaillait involontairement ».

Comme dans toute famille française et bourgeoise à cette époque, Hortense était destinée à se marier à un autre bourgeois, le conseiller Lebas. Malheureusement, lorsque Célestin Crevel fit répandre les rumeurs d’après lesquelles les Hulot d’Ervy étaient ruinés, le mariage fut annulé. Heureusement pour elle, Hortense tombe amoureuse de Wenceslas et réussit à convaincre son père de l’accepter pour gendre, en lui montrant quelques œuvres de Wenceslas exposées dans une boutique. Elle finit par épouser son comte polonais, et ils s’installent ensemble dans un bel hôtel. Néanmoins, par une manigance de Bette désireuse de vengeance,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Comtesse Hortense Steinbock >

Dissertation à propos de La Cousine Bette