La mort du roi Tsongor

par

La guerre menée pour une femme.

Samilia, fille du roi Tsongor, est la cause involontaire d'une terrible guerre. Enfant, elle s'est promise à Sango Kerim, qui est parti. Jeune femme, elle a considéré cette promesse comme ce qu'elle était : une parole d'enfant. Mais Sango Kerim n'a rien oublié, et la veut pour épouse. C'est pourquoi il est prêt à la guerre contre Kouame, « prince des terres de sel », que Tsongor a choisi pour sa fille. Et ce sera la guerre. Des hommes qui ignorent tout les uns des autres viennent au pied des murailles d'une ville qu'ils ne connaissent pas pour se battre entre eux. Outre sa garde personnelle, « une centaine d'hommes qui le suivaient partout où il allait », Sango Kerim est venu avec « l'armée des ombres blanches que commandait Bandiagara », avec « les crânes rouges menés par Karavanath' le brutal », et aussi « Rassamilagh et son armée [...], foule immense et bigarrée montée sur des chameaux. » Face à eux, l'armée du clan Tsongor, mais aussi celle de Kouame, menée par Barnak « qui commandait aux mangeurs de Khat », Tolorus « qui menait au combat les Surmas [qui] marchaient torse nu », et enfin Arkalas, « le souverain des chiennes de guerre. » Kouame sera plus tard rejoint par les Amazones de sa mère, l'impératrice Mazébu. Impuissante, Samilia assiste au massacre. « À ses pieds mourraient des hommes. [...] Que Kouame et Sango Kerim se battent, cela lui semblait possible puisqu'ils la désiraient tous les deux. Mais les autres ? Tous les autres ? ».

Inscrivez-vous pour continuer à lire La guerre menée pour une femme. >

Dissertation à propos de La mort du roi Tsongor