La mort du roi Tsongor

par

Les sept tombeaux, sept visages du roi Tsongor.

« Construis sept tombeaux. Par le monde. [...] Par les architectes les plus brillants du royaume. Sept tombeaux secrets et somptueux. [...] Plus somptueux que le palais de Massaba. Lorsque les sept tombeaux seront construits, [...] choisis un des sept tombeaux. Et déposes-y mon cadavre. Tu seras le seul à savoir où je repose. » Telle est la mission que Tsongor confie au plus jeune de ses fils, Souba. Celui-ci va consacrer sa vie à cette tâche, afin de bâtir en pierre sept monuments qui proclameront ce qu'était son père. C'est dans la ville de Saramine, perle de l'empire de Tsongor, que Souba comprend que « ce qu'il devait faire, c'était le portrait de son père. Sept tombeaux, comme les sept visages de Tsongor. Chaque tombeau doit refléter une facette de ce qu'était son père, car celui-ci n'était pas un monolithe. Il était, comme chaque homme, pluriel et offrait plusieurs visages, certains nobles et beaux mais d'autres haïssables. Le premier tombeau est construit à Saramine : celui « du roi auréolé de gloire. De l'homme au destin d'exception qui durant sa vie avait tutoyé la lumière. » C'est le portrait idéal du souverain qui a accompli de grandes choses et a bâti un empire. C'est ainsi que le jeune Souba voit son père. Mais au fil du temps, la sagesse va venir, et avec elle la connaissance de la complexité de l'âme humaine. Les lieux et les tombeaux vont alors grandement varier.

« Dans la forêt des baobabs hurleurs, il fit construire une haute...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les sept tombeaux, sept visages du roi Tsongor. >

Dissertation à propos de La mort du roi Tsongor